Energétique chinoise

Objectif

 

La formation avoue un double but

 

Culturel : basée sur la Médecine et la cosmogonie Chinoise, enrichie par la symbolique occidentale, cette formation nous familiarise avec un mode de pensée différent et nous amène à appréhender les lois naturelles qui sous-tendent la Vie dans cet Univers.

Elle doit permettre de mieux se comprendre et mieux comprendre les uns et les autres, découvrir qui est l’Être humain profondément et son potentiel extraordinaire d’évolution qu’il n’utilise peut-être pas encore suffisamment.

 

Professionnel : rythmée par des exercices, elle développe le Corps, le Souffle et l’Esprit. Chacun peut alors devenir à son tour un enseignant.

 

Son domaine d’action, apporter à tous, des moyens naturels pour prendre en charge la santé, accompagner des traitements en cours (même chimiques) pour en accroître l’efficacité, et pourquoi pas redonner du sens à la Vie.

 

Le professionnel a de multiples possibilités d’installation, il en fait alors son Métier ou un plus à côté de son activité professionnelle; il intervient en cours collectifs ou en individuel.

 Il convient de constater que dès le sixième stage, il est possible en passant un examen de commencer à former un groupe pour redonner ses connaissances, cela est même vivement conseillé dès lors que l’on souhaite enseigner.

 

Rythme de la formation

Ce peut être une journée par mois ou sept Week-end par an plus une semaine résidentielle en juillet (cinq jours).

 

Durée de la formation de base en énergétique : deux ans.

 

Horaires des cours            (modulable selon les groupes)

Vendredi     :  neuf heures  – douze heures trente  /  quatorze heures – dix huit heures trente

Samedi        :  mêmes horaires

Dimanche   :  mêmes horaires

 

 

Droit d’exercice et examens

 Dés le sixième jour, chaque étudiant a la possibilité de passer le premier examen professionnel, sa réussite est sanctionnée par un Certificat de Droit à l’exercice de la profession :

« Auxiliaire en énergétiques de santé ». Ce droit reste alors limité. (le récipiendaire étant assermenté à une déontologie particulière  à la profession). En cas d’échec, chacun a la possibilité de se représenter dés le mois suivant.

 

En fin de première et deuxième année, les professionnels sont obligés de se soumettre à l’examen qui conditionne le droit à exercer; attention, un échec en fin de première année peut remettre en cause le premier certificat obtenu. La non réussite peut entraîner le redoublement du candidat (chaque cas sera analysé en fonction de la motivation, de la régularité et de l’assiduité de l’étudiant).